<div dir="auto">Bonjour, <div dir="auto"><br></div><div dir="auto">En effet, le développement logiciel est soumis au droit intellectuel.</div><div dir="auto"><br></div><div dir="auto">Ce n'est pas "automatique", il faut que ce soit précisé dans le contrat de travail, ce qui est généralement connu des entreprises de développement qui ont cette ligne dans leurs contrats types depuis longtemps</div><div dir="auto"><br></div><div dir="auto">Le stagiaire n'étant pas salarié et ne devant normalement rien produire, le statut de son développement doit être correctement encadré,  c'est la ligne que tu as vu</div><div dir="auto"><br></div><div dir="auto">Cdt,</div></div><br><div class="gmail_quote"><div dir="ltr" class="gmail_attr">Le sam. 4 avr. 2020 à 15:10, Samuel Thibault <<a href="mailto:samuel.thibault@ens-lyon.org" target="_blank" rel="noreferrer">samuel.thibault@ens-lyon.org</a>> a écrit :<br></div><blockquote class="gmail_quote" style="margin:0 0 0 .8ex;border-left:1px #ccc solid;padding-left:1ex">Bonjour,<br>
<br>
Il y a une exception au droit d'auteur concernant les logiciels. Pour<br>
un employé, les droits patrimoniaux sont automatiquement cédés<br>
à l'employeur, sinon ça serait effectivement ingérable pour la<br>
maintenance à long terme.<br>
<br>
Mais un stagiaire n'est pas un employé (même s'il a une<br>
gratification), donc à moins que la convention de stage ou un contrat<br>
l'exprime, il garde ses droits patrimoniaux comme d'habitude en droit<br>
d'auteur. Pour les obtenir il faut donc lui faire signer une session des<br>
droits.<br>
<br>
Samuel<br>
_______________________________________________<br>
Liste de diffusion du FRsAG<br>
<a href="http://www.frsag.org/" rel="noreferrer noreferrer noreferrer" target="_blank">http://www.frsag.org/</a><br>
</blockquote></div>